Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
http://grassetpascal.over-blog.com
grassetpascal.over-blog.com
Menu
Médusa

Médusa

Nul ne l'entendra, le cri coupé de ton cou.

Sourcils froncés, regard dardé sur les quidams,

De quel crime affreux accuses-tu homme ou femme ?

Est-ce Dieu qui condamne, les prêtres ou bien les fous ?

 

Les desseins obscurs roulés dans ta chevelure

N'y serpenteront plus: ils ont vu ta figure.

Tes vipérines idées cachent leur venin

Dans l'air et se mêle au sang noir de ton chagrin!

 

Au moment du partir, tu veux dire aux vivants

De faire leurs adieux, de rebrousser chemin

Sans attendre l'accord d'un ultime moment.

 

Le poète inspiré lit sa mort dans ses mots

Comme le peintre craint la hache du bourreau.

Medusa, bouclier, conjure nos noirs destins !